Vous avez besoin d'aide ? Posez votre question sur le forum, il y a aura toujours un membre pour vous conseiller, et vous dépanner. Poser une question.
Participer, encore 266 messages sans réponses
Le forum de Savoir Tout faire, Comment faire ma rédaction de français ?

La solution au problème n'a pas été trouvée pour l'instant Comment faire ma rédaction de français ?

Forum-> Divers autres
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
littledancer38

Membre débutant
Inscrit le: 04 Aoû 08
Messages: 17

MessagePosté le: 06 Jan 2009 21:48 
Bonsoir,

Je suis en 4° et j'ai un rédaction de français à faire pour vendredi.
En fait, je dois écrire une nouvelle fantastique. Je l'ai déjà terminée mais je la trouve un peu "bof". Au niveau du scénario, c'est pas très original mais bon j'ai plus trop le temps de changer :) .
Par contre j'aurais bien besoin d'un petit coup de main pour essayer de faire des phrases un peu plus élaborées et aussi pour faire monter le suspense. Et puis si qqn voit une faute d'orthographe :D ( bon c'est vrai je suis pas le plus fort en francais mais je me suis quand même appliqué :p ).

Je vous demande surtout pas de faire le travail à ma place mais j'ai juste besoin de votre avis et d'un coup de main.

Merci a tous pour votre aide.
je poste la redac' au dessous.

_____________________________________________________



Le déchet


C'était vendredi soir, encore une journée de dure labeur s'était achevée. Comme tous les vendredi soir, Marta et moi étions paisiblement allongés sur le canapé, enlacés comme deux amours nouveaux. Je dis bien comme, car ça faisait bientôt 15 ans que nous étions mariés. Nos deux enfants, Martine et Adrien dormaient.
Je me sentais bien. J'écoutais le tic-tac régulier de la grande pendule qui surplombait notre salon, ainsi que l'agréable bruissement que faisait le bois brûlant dans la cheminée. Cette dernière jetait une agréable lueur dorée sur les meubles de la pièce. De temps à autre, je chuchotais quelques mots doux à l'oreille de Marta, qui m'écoutait avec attention. Cette ambiance était tellement agréable que je finis par m'endormir tranquillement.
Mais je fus brusquement réveillé lorsque la pendule sonna minuit. Marta était allée se coucher et je me retrouvais à présent seul dans le salon qui me semblait dès lors immense car plus aucune lumière ne l'éclairait.
Je me souvins alors d'un détail important. J'avais oublié de sortir les poubelles. Je me précipitai alors vers mes chaussures, mis ma veste ainsi qu'un bonnet, car il faisait très froid en cette période d'hiver.
Je suivais maintenant le long corridor menant à la porte d'entrée tout en tâtant les murs pour éviter toute chute dut à l'obscurité. Je me dirigeais vivement vers la rue tout en ayant pris soin d'attraper au passage la poubelle. Je la posai, puis je m'arrêtai un instant sur la route.
Tous les lampadaires étaient éteints et un épais brouillard m'enveloppait. Je pouvais à peine distinguer mes pieds. Mais je restais là, immobile au milieu de la chaussée. On entendait au loin le croassement d'un corbeau.
Mais tout à coup, je vis comme deux gros yeux lumineux. Ils avançaient vers moi. Et en un éclair de temps, ils se trouvèrent à côté de moi. Le choc fut inévitable. Je fus projeté dans les aires et je me fracassai contre les poubelles. Je relevai la tête et c’est alors que je la vis ; celle qui m’avait renversé. Je ne vis pas son conducteur. Elle ne s’arrêta pas, et disparu aussi vite qu’elle était apparu.
De chance, je n’avais rien. Cependant, je me sentait étrangement oppressé. Mais c’est alors que les croassements de corbeaux devinrent plus forts, ils se rapprochèrent et il y en avait de plus en plus, de plus en plus, de plus en plus…Jusqu’à ce qu’ils deviennent un horrible bourdonnement uniforme. Ce bourdonnement ne partait pas, il me hantait, hantait ma pensée.
Je poussas un cri de désespoir, et me bouchant les oreilles avec les mains je me mis à ramper vers la maison. Le bourdonnement s’amplifia encore. Ma tête était prête à exploser.
Je réussis tout de même à rentrer et me coucher, mais je ne trouvais point le sommeil car toute la nuit je ressentais d’effroyables douleurs dans le cœur et les poumons. Mon agonie était interminable.
Le lendemain, la vie avait enfin retrouvée son cours habituel. Mais j’étais surpassé par les évènements.
Ma femme et mes enfants prenaient déjà leur petit déjeuner. Je me joignis à eux mais je n’évoquais rien au sujet de la nuit passée.
Je buvais mon café, et je pris soin de verser un grand vers de laid aux enfants pendant que de l’autre main je tartinais un pain de beurre.
Mais soudain la douleur au cœur reprit et je laissai tomber la bouteille de laid sur mon T-shirt. C’est alors que je me rendus compte de ce que j‘avais fait. Je venais de verser de l’eau de Javel à mes enfants.
Ils se mirent à cracher du sang. Martine s’écroula. La douleur cardiaque s’accentua encore. Puis se fut au tour d’Adrien de s’évanouir. Marta, affolée, se jeta à leur secours. Mais elle trébucha et s’affala sur moi. Elle ne bougeait plus. Je lui avais planté le couteau de beurre dans la poitrine. Le mal de cœur cessa. Le souffle de Marta et des enfants aussi. J’étais à bout, je venais d’assassiner ma famille. Ils étaient morts, leurs cadavres gisaient là, devant moi, tout en sang. Je n’avais même plus la force de pleurer. Alors je m’accroupis, et je me mis à prier, alors que je n’étais même pas croyant. Puis je fermais les yeux.
Puis la douleur reprit encore, mais elle était beaucoup plus ample cette fois-ci. Mon cœur ne battait plus régulièrement. Je sentais le sang se propulser dans mes veines par de très violents à-coups. Mon cœur était prêt à sortir de ma cage thoracique. Et il sortit. Je le tenais dans ma main. Il donna un dernier battement encore plus violent, puis ma vue se blanchit.
Je sursautai. Autour de moi se tramaient des créatures blanches ainsi que pleins d’appareils étranges. Les créatures se mirent à chahuter .
Puis l’une d’elles retira son masque et dit :
« Nous avons donc réussi à vous réanimer! Bienvenue à l’hôpital de Bordeaux! Vous avez vraiment de la chance de vous être tirés de cet accident de bagnol. Comment vous sentez-vous? »
Je ne répondis rien et je m’assoupi.
Je ne savais vraiment plus quoi penser. Ces évènements paraissaient pourtant si réels. Je décidai d’attendre qu’on vienne me chercher. En attendant, on m’apporta le journal. Pas de contenu exceptionnel. J’arrivais à la dernière page.
Je lus :
« Actes de décès : Marta Durand, Martine Durand, Adrien Durand… »
Ils étaient morts. Je ne pouvait pas rester sans rien faire. C’était sûrement un malentendu ou une blague. Oui c’est ça , une mauvaise blague! Je pris la voiture et je me dirigeai vers la maison. La maison était à vendre. Elle était déserte, pas un signe de vie. Mais soudain, je vis la chose la plus abominable, affreuse, désolante. Mon T-shirt avait déteint.
J’enfonçai alors l’accélérateur et vins m’encastrer dans les poubelles.
Eve

Membre régulier
Inscrit le: 27 Mar 06
Messages: 129

MessagePosté le: 07 Jan 2009 0:28 
petits trucs pour chasseur de fautes

se relire :

- Je vérifie que je n’ai pas oublié de mots en relisant à haute voix
- je vérifie les accords (singulier/pluriel , féminin/masculin)
Chercher tous les déterminants pluriels (les - des - ces - mes - tes - etc...). S’assurer que les noms qui vont avec ces déterminants sont bien au pluriel (mettre un s, ou parfois un x à la fin).
Vérifier que les adjectifs qualificatifs qui les accompagnent sont bien accordés eux aussi, au singulier / pluriel, mais aussi au masculin / féminin !
- Je vérifie que tous les verbes sont bien conjugués avec leurs sujets :
Chercher tous les verbes conjugués.
Chercher le sujet qui va avec chaque verbe.
Conjuguer correctement chaque verbe avec son sujet.
- Je vérifie l’orthographe des homonymes grammaticaux :
a ou à ?
et ou est ?
ses, ces, s’est ou c’est ?
on ou ont ?
son ou sont ?
mes, met, mets ou mais ?
ce ou se ?
- Je vérifie l’orthographe des mots difficiles :
les mots un peu longs.
les mots qui finissent par une lettre muette (pense à un mot de la même famille ... par exemple : laitage pour lait).
les mots qui ont des consonnes doubles (ll, mm, nn, ss, rr, nn, etc...).
- j'évite les mots courants (bagnole par exemple) et les remplace par du français soutenu.

Bonne chasse

Sinon pour moi, tu as un bon niveau pour un 4ème mais je ne suis pas prof de français :)

Le plus pour s'améliorer : dévorer des romans (au sens figuré n'est ce pas ....)

Eve
Petite Pomme V...

Nouveau membre
Inscrit le: 07 Jan 09
Messages: 7

MessagePosté le: 07 Jan 2009 0:51 
Bonsoir,
Je suis en 3° et je vais essayer de t'aider !
Je viens donc de lire ton récit et je trouve qu'il y a du suspense, on a envie de lire la suite ! Par contre, je n'aime pas trop le titre ! =p
L'idée de l'acte de décès est super ! J'aime bien aussi qu'en tu parles des créatures blanches qui chahutent ! Par contre, l'histoire du cœur qui sort je trouve que c'est un peu exagéré et ne va pas trop avec le reste !




Je vais copier/coller ton texte, modifier certains trucs et rajouter quelques remarques !

C'était un vendredi soir, encore une journée de dur labeur s'était achevée. Comme à l’accoutumé, Marta et moi étions paisiblement allongés sur le canapé, enlacés comme deux amours nouveaux. Je dis bien comme, car cela faisait bientôt 15 ans que nous étions mariés. Nos deux enfants, Martine et Adrien dormaient.
J’étais à l’aise. J'écoutais le tic-tac régulier de la grande pendule qui surplombait notre salon, ainsi que l'agréable bruissement que faisait le bois brûlant dans la cheminée. Cette dernière jetait une agréable lueur dorée sur les meubles de la pièce. De temps à autre, je chuchotais quelques mots doux à l'oreille de Marta, qui m'écoutait avec attention. Cette ambiance était tellement agréable que je finis par m'endormir tranquillement.
Mais je fus brusquement réveillé par la pendule sonnant minuit. Marta était allée se coucher et je me retrouvais à présent seul dans le salon qui me semblait dès lors immense. En effet, plus aucune lumière ne l'éclairait.
Je me souvins alors d'un détail important. J'avais oublié de sortir les poubelles. Je me précipitai alors vers mes chaussures, mis ma veste ainsi qu'un bonnet, en raison du froid en cette période d'hiver.
Je suivais maintenant le long corridor menant à la porte d'entrée tout en tâtant les murs pour éviter toute chute dûe à l'obscurité. Je me dirigeais vivement vers la rue tout en ayant pris soin d'attraper au passage la poubelle. Je la posai, puis je m'arrêtai un instant sur la route.
Tous les lampadaires étaient éteints et un épais brouillard m'enveloppait. Je pouvais à peine distinguer mes pieds. Mais je restais là, immobile au milieu de la chaussée. On entendait au loin le croassement d'un corbeau.
Mais tout à coup, je vis comme deux gros yeux lumineux. Ils avançaient vers moi. Et en un éclair de temps, ils se trouvèrent à côté de moi. Le choc fut inévitable. Je fus projeté dans les AIRS et je me fracassai contre les poubelles. Je relevai la tête et c’est alors que je la vis ; celle qui m’avait renversé. Je ne vis pas son conducteur. Elle ne s’arrêta pas, et disparut aussi vite qu’elle était apparue..
De chance, je n’avais rien. Cependant, je me sentais étrangement oppressé. Mais c’est alors que les croassements de corbeaux devinrent plus intenses, ils se rapprochèrent et il se multipliaient sans arrêt. ( A mon avis ça faisait un peu beaucoup 3 fois «plus en plus »!) Jusqu’à ce qu’ils devinrent un horrible bourdonnement uniforme. Ce bourdonnement ne partait pas, il me hantait, hantait ma pensée.
Je poussai un cri de désespoir, et me bouchant les oreilles avec les mains je me mis à ramper vers la maison. Le bourdonnement s’amplifia encore. J’avais l’impression que ma tête allait exploser à tout moment.
Je réussis tout de même à rentrer et A me coucher, mais je ne trouvais point le sommeil parce que (pour changer du «car» toute la nuit je ressentais d’effroyables douleurs dans le cœur et les poumons. Mon agonie était interminable. Comment le narrateur s’endort-il finalement ?
Le lendemain, la vie avait enfin retrouvée son cours habituel. En revanche j’étais surpassé par les évènements.
Ma femme et mes enfants prenaient déjà leur petit déjeuner. Je me joignis à eux mais je n’évoquais (passé simple ou imparfait ?) rien au sujet de la nuit passée.
Je buvais (passé simple ou imparfait ?) mon café, et je pris soin de verser un grand verre de lait aux enfants tandis que de l’autre main je tartinais de beurre un morceau de pain.
Mais soudain la douleur au cœur reprit et je laissai tomber la bouteille de lait sur mon T-shirt. C’est alors que je me rendus compte de ce que j‘avais fait. Je venais de verser de l’eau de Javel à mes enfants.
Ils se mirent à cracher du sang. (Un peu bizarre comme «réaction» non ?) => http://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20061126102023AAG5Tdn regarde sur ce site !) Martine s’écroula. La douleur cardiaque s’accentua encore. Puis se fut au tour d’Adrien de s’évanouir. Marta, affolée, se jeta à leur secours. Mais elle trébucha et s’affala sur moi. Elle ne bougeait plus. Je lui avais planté le couteau de beurre dans la poitrine. Le mal de cœur cessa. Le souffle de Marta et des enfants aussi. J’étais à bout, je venais d’assassiner ma famille. Ils étaient morts, leurs cadavres gisaient là, devant moi, tout en sang. Je n’avais même plus la force de pleurer. Alors je m’accroupis, et je me mis à prier, alors que je n’étais même pas croyant. Puis je fermai les yeux.
Puis la douleur reprit encore, mais elle était beaucoup plus ample cette fois-ci. Mon cœur ne battait plus régulièrement. Je sentais le sang se propulser dans mes veines par de très violents à-coups. Mon cœur était prêt à sortir de ma cage thoracique. Et il sortit. Je le tenais dans ma main. Il donna un dernier battement encore plus violent, puis ma vue se blanchit. (un peu tiré par les cheveux non ??)
Je sursautai. Autour de moi se tramaient des créatures blanches ainsi que pleins d’appareils étranges. Les créatures se mirent à chahuter.
Puis l’une d’elles retira son masque et dit :
« Nous avons donc réussi à vous réanimer! Bienvenue à l’hôpital de Bordeaux! Vous avez vraiment de la chance de vous être tirés de cet accident de bagnole. Comment vous sentez-vous? »
Je ne répondis rien et je m’assoupi.
Je ne savais vraiment plus quoi penser. Ces évènements paraissaient pourtant si réels. Je décidai d’attendre qu’on vienne me chercher. En attendant, on m’apporta le journal. Pas de contenu exceptionnel. J’arrivais à la dernière page.
Je lus :
« Actes de décès : Marta Durand, Martine Durand, Adrien Durand… »
Ils étaient morts. Je ne pouvais pas rester sans rien faire. C’était sûrement un malentendu ou une blague. Oui c’est cela une mauvaise blague! Je pris la voiture et je me dirigeai vers la maison. La maison était à vendre. Elle était déserte, pas un signe de vie. Mais soudain, je vis la chose la plus abominable, la plus affreuse. Mon T-shirt avait déteint.
J’enfonçai alors l’accélérateur et vins m’encastrer dans les poubelles. (il est dans sa maison et il appuie sur l’accélérateur : le passage maison-voiture est un peu brusque !)



J'espère que mes modifications t'aideront !
Bonne chance,

Petite Pomme Verte
littledancer38

Membre débutant
Inscrit le: 04 Aoû 08
Messages: 17

MessagePosté le: 07 Jan 2009 12:32 
Merci c'était vraiment très sympathique de m'avoir accordé du temps pour la rédaction.

C'est vrai que l'histoire du cœur c'est un peu " zarb " je l'ai donc enlevé et puis j'ai aussi modifié le passage avec l'eau de Javel ainsi que toutes les autres fautes que vous m'avez suggéré de modifier.

Par contre pour la fin enfaite la personne est sensé ne pas sortir de sa voiture, mais bon apparemment c'est pas trop clair donc je vais essayer de rajouter des choses :)

Encore merci.
littledancer38

Membre débutant
Inscrit le: 04 Aoû 08
Messages: 17

MessagePosté le: 07 Jan 2009 12:39 
AH oui et puis pour le titre je sais vraiment pas quoi mettre "O_o
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet    Savoirtoutfaire Index du Forum -> Divers autres Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1




 

Sujets similaires du


Comment avoir de l'aide pour une rédaction en français ?
Comment faire ma rédaction ?
Comment faire une rédaction ?
Comment faire ma rédaction ?
Comment faire ma rédaction ?
Comment puis-je faire une rédaction ?
Comment faire un travail d'écriture sur une rédaction ?
Faire une rédaction d'une première rencontre familial ?
Quelqu'un a-t-il une idée pour le sujet de ma rédaction ?
Comment décrire les fonds marins dans ma rédaction ?
Comment faire ? ? ?
Est-ce possible de travailler et tout faire soi-même ?
Comment faire de la peinture sur corps ?
Que faire pour supprimer ces grincements ? ?
Comment faire pour mes mathematiques ?

Liens Google


Mots clés :

changer température maison gaz salle système gros chaud niveau travail pièce facile taille mur carrelage poser point droit moteur disque plafond chauffage sol porte plancher surface gauche risque éviter hauteur enlever prix rez longueur frigo fond grande chaleur bruit froid tourner terre cuisine courant côté laine béton remettre dalle bois
Administratif et JuridiqueAdministratif et Juridique ApicultureApiculture AutomobileAutomobile BeautéBeauté BonsaïBonsaï CoutureCouture CuisineCuisine DécorationDécoration ÉconomiesÉconomies ÉlectricitéÉlectricité ÉlectroménagerÉlectroménager ÉlectroniqueÉlectronique FleursFleurs InternetInternet MaçonnerieMaçonnerie ModélismeModélisme NettoyageNettoyage OrigamiOrigami PhotoPhoto PlomberiePlomberie PotagerPotager SantéSanté SolfègeSolfège Travail du boisTravail du bois TricotTricot VidéoVidéo